Photos

La transparence est importante pour nous.

Vous trouverez ici réponse aux questions les plus fréquemment posées. Vous en avez d'autres? N'hésitez pas à nous les envoyer ici

färm en quelques mots, c'est quoi exactement ?

färm, c'est une coopérative alimentaire qui veut, au travers de ses 3 métiers (distribution, production et sensibilisation), mettre tous les acteurs autour d'une même table : les producteurs & les transformateurs, les travailleurs, les consommateurs, les investisseurs. La distribution est un outil au service des 2 autres métiers. 

Mais qui dit coopérative, dit coopérateurs et nous serions heureux de vous compter parmi nous ! 

Et le nom färm? pourquoi "ä" ? 

färm est un nom qui n'existe pas, c'est un terme qui n'est pas relié au français, au néerlandais et ce n'est pas de l'anglais... mais son nom, fort, parle de lui même.

La volonté de "faire penser aux consonnances nordiques" est pour souligner le lien particulier que nos cousins du nord entretiennent avec l'Environnement!

Prononcez-le comme bon vous semble, il est à vous... n'est ce pas fäääärmidable?

 

färm, c'est juste des magasins bio, non ?

Pour le moment, c'est la partie visible de l'iceberg. 

färm doit fonctionner, c'est sûr et l'outil de distribution permet non seulement de proposer des produits sains, délicieux, en plein centre de Bruxelles au travers de ses 3 premiers magasins, mais ce n'est pas tout.. 

Le soutien à la production est aussi un enjeu pour färm. Aider des producteurs traditionnels à passer au mode Bio, c'est un de nos objectifs. Plus il y aura de magasins coopératifs, plus nous pourrons aider de manière substantielle nos producteurs à écouler leurs productions sereinement. Aider des transformateurs à passer en Bio ou à rendre leurs produits plus accessibles, c'est aussi un de nos objectifs. Actuellement, un atelier boulangerie, en coopération avec la coopérative AGRIBIO, est actif sous le magasin d'Hankar. Si vous êtes "lêve-tôt", vous pouvez voir les boulangers y travailler dès l'aube !

La sensibilisation, c'est un travail de fond et de longue haleine. Il passe par nos réseaux sociaux, nos supports en magasins, notre jeune blog, des activités en ville, des échanges avec des producteurs, etc. Ce pôle se met en place et ce, grâce, à l'aide du métier de la distribution. Expliquer les raisons du bio, du mode coopératif, du prix de certains produits, du choix de certains produits, faire tomber certaines barrières et croyances... et répondre à vos questions, c'est aussi cela la sensibilisation.

Le bio, c'est plus cher et c'est pour les "bobos"?

Alors là, pas de doute, concernant le prix à proprement parler, le bio est en général 30 % plus cher que les produits dits "traditionnels" ou "conventionnels". 

Les raisons de ces prix plus élevés sont nombreuses mais parmi celles-ci on pourrait en citer quelques unes : 

1. comme aucun produit chimique (engrais non organique) n'est épendu sur les fruits et légumes, comme aucune nourriture survitaminée n'est donnée aux animaux en bio, tous ces produits bio mettent plus longtemps à pousser, à grandir... et donc, à être vendus (par le producteur). En plus, comme ces produits ne sont pas "boostés", ils seront en général moins gros, moins nombreux... et donc, il y en aura moins à vendre pour un temps plus long.

2. le bio rime en général avec main d'oeuvre plus importante. En effet, pas de pesticides, fongicides, herbicides, en bio tout se fait à la main ou chez quelques très rares fermiers bio, à l'aide de machines mécaniques très très onéreuses. Dans un cas comme dans l'autre, ce sont des besoins financiers en ressources humaines ou en matériel, plus élevés en regard des surfaces exploitées que dans une agriculture dite "conventionnelle".

3. le bio se fait en accord avec les cycles naturels, ils dépendent donc de ceux-ci. Une mauvaise météo, une maladie des plantes, des graines naturelles et bio qui n'ont pas des taux de germination "contrôlés", bien des raisons qui viennent rendre l'offre bio plus délicate et moins sûre mais au combien plus logique et saine.

4. le bio, ce sont souvent des exploitations de taille humaine, des surfaces plus petites, avec des besoins en logistiques importants, beaucoup de règles à prendre en compte... 

5. le bio, c'est acheter une alimentation que vous pourriez faire pousser chez vous, en étant très très attentifs à son suivi, sa croissance, les rotations de cultures... certains ont la chance de faire pousser leur consommation de fruits et légumes, peu y arrivent à 100 %. Et pour cause : manque de terrains, manque d'expérience ou simplement, manque de temps. C'est aussi là que ce trouve le prix du bio. Quelqu'un le fait pour vous. Il doit en vivre, et les siens aussi.

 

Quand et comment puis-je devenir coopérateur ?

Pour tout savoir, rien de plus facile, venez le 9 mars prochain et vous aurez toutes les informations utiles. N'oubliez pas de remplir le formulaire en ligne prévu à cet effet sur le lien suivant: http://farmstore.be/fr/cooperative.php 

Save the date! 

Qui est derrière färm?

färm, ce sont des centaines de coopérateurs issus des 5 catégories de coopérateurs:

Parmi les investisseurs, vous trouverez François Stoop, Lionel Wauters et la coopérative d'investissement à impact sociétal Scale-Up, représentée par Olivier Van Cauwelaert. En plus d'être fondateurs du projets, ils sont les plus fervents soutiens d'une agriculture durable, pérenne, au service de la Société. Pour cela, ils investissent les moyens nécessaires à la mise en oeuvre de notre mission. François, Lionel et Olivier (de Scale-Up) sont présents au Conseil d'administration.

Parmi les managers, sont présents les personnes occupant une fonction directorale dans l'entreprise. Alexis Descampe en est le représentant au Conseil d'Administration.

Plus de 20 collaborateurs sont également coopérateurs. Frédérique Van Zuylen en est la représentante au Conseil d'Administration.

Près de 300 sympathisants sont également coopérateurs. Si vous souhaitez faire partie de la communauté, n'hésitez pas à nous rejoindre ici. Christophe Servais en est le représentant au Conseil d'Administration.

Et enfin, plusieurs producteurs et fournisseurs ont rejoint l'aventure depuis 2017. Election du  représentant au Conseil d'Administration lors de l'AGO du 12 juin 2017!

 

Qui sont les autres coopératives et projets qu' on aime bien ?

RABAD

L’alimentation répond à un besoin fondamental pour chacun de nous. Il s’agit d’une préoccupation majeure, engendrant des impacts économiques, sociaux, environnementaux et de santé au niveau local et mondial. Le RABAD (Réseau des Acteurs Bruxellois pour l’Alimentation Durable) est né de la rencontre d’individus convaincus de la nécessité de changer nos comportements et notre façon de penser face à l’urgence d’endiguer ce fléau planétaire.

Désireux d’unir leurs forces et leurs expertises diverses dans le domaine de l’Alimentation Durable, les acteurs du Réseau ont organisé leur premier grand événement le 15 mars 2008 dans les Halles des Tanneurs, afin de présenter leur charte, précisant leur vision, signée en présence de la Ministre de Bruxelles Environnement.

L’objectif global est de revenir à une alimentation peu transformée, accessible à tous, à une agriculture respectueuse de la terre et du producteur, de partager les ressources équitablement.

Le réseau regroupe des organisations aux activités différentes, de l’agriculteur/ restaurateur biologique aux magasins équitables en passant par des ONG... v. membres. Une diversité de membres qui permet au Rabad d’avoir une vision systémique et une compréhension exhaustive des différentes étapes du cycle de production alimentaire. Ce croisement d’expertises fait du Rabad un interlocuteur de référence en matière d’alimentation durable, capable de répondre à toutes vos questions.

Le Rabad a trois objectifs principaux : le réseautage, le développement des projets et la mise en circulation et le partage des informations sur l’alimentation durable.

Pour réaliser ses objectifs, le Rabad entreprend de multiples actions : networking, groupes de travail, newsletters, …